NEW START FERME SES PORTES.
rejoignez nous sur Heartbreaker : http://heartbreaker.forumotion.com/
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 OBSESSION ∞ Premier roman.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

FONDATRICE MONSTER ❥ J'me suis toujours jurée de ne pas leur ressembler.

avatar

messages : 458
date d'inscription : 18/05/2013
age : 17
emploi : Chef (virtuel) - Étudiante (IRL)
double compte : Aucun.

Votre Chat
Relations du chat:
Description du chat:
MessageSujet: OBSESSION ∞ Premier roman.   Lun 27 Mai - 19:10

∞ PROLOGUE. ∞
Obsession.


Je l'ai connu. Je l'ai adoré. Je l'ai aimé. Je l'ai kiffé. Puis je l'ai perdu. Je l'ai cherché. Je l'ai trouvé. Je l'ai perdu à nouveau. Je l'ai retrouvé. Puis reperdu. Retrouvé. Reperdu. Retrouvé. Reperdu. Je l'ai longtemps recherché. Puis je l'ai trouvé. Je l'ai reperdu pour le chercher ensuite, pour enfin le retrouver. Ce cycle n'en finissait pas. Alors je l'ai perdu. Je l'avais attendu. Puis je l'ai abandonné. Je l'ai laissé, oui. Non, je ne suis pas allée le chercher. Mais je l'ai retrouvé quand-même. Comment ? Découvrez-le par vous-même. Je n'ai jamais vraiment compris moi-même mais peut-être que vous, vous y arriverez. Qui sait ? Tout est si compliqué.






∞ CHAPITRE 1. ∞
Obsession.


Le collège. Un endroit banal, voire trop. Trop banal pour tous ces élèves qui ignoraient que leur avenir était en jeu. Ils ne voyaient pas tout cela. Non, ils étaient trop préoccupés par l'amusement; ils étaient aveuglés par les jeux inutiles et à la mode. Tout cela, ils ne le comprendront jamais. Ils ne l'ont jamais compris de toute façon. Mais moi j'étais seule. Oui, seule, complètement. Alors je pouvais ouvrir les yeux sur le monde en pouvant identifier toutes ses erreurs et ses injustices. Le monde était cruel. Tous l'ignoraient. Il te faisait perdre toutes tes chances pour les donner aux autres qui en ont déjà assez.

Assise sur un banc avec deux personnes qui se prétendaient être mes amies, j'observais la cour. Un ado se faisait frapper derrière le foyer, quelques garçons se chamaillaient avec certaines filles, se provoquant mutuellement. Personne n'agit. Tous n'étaient que des égoïstes. Je n'adressais pas un regard aux deux filles, préférant me concentrer sur l'enfant. Raphaël était assez grand. Brun aux yeux bleus. Il avait beau être en troisième, tout le monde s'amusait à l'embêter. Pourtant, il avait une bande; malheureusement absente à ce moment-là. Ils étaient trois contre lui, des racailles du collège. Une main attrapa le col du tee-shirt du jeune homme. Il ne se défendit pas, au contraire. Un sourire moqueur apparut sur son visage. Je ne le comprenais pas vraiment pour tout avouer. Qu'est-ce qu'il cherchait à faire au juste ? Raphaël était à quelques centimètres du sol, mais ne disait toujours rien. Seulement, un sourire n'apparaissait plus sur son visage. Son regard était vide et son expression indéchiffrable. Un coup fut porté à son torse. C'est à ce moment-là qu'il agit. Son pied frappa la jambe de l'un de ses agresseurs. Celui-ci recula et tomba à terre, se plaignant de la douleur. Il m'avait semblé l'avoir aperçut auparavant avec une atèle ou quelque chose dans ce genre. Rusé. Raphaël était en réalité assez grand, mais les voyous qui l'attaquaient l'étaient encore plus. L'un d'entre eux était gros, l'autre trop maigre. Celui à terre s'en alla rapidement chercher d'autres personnes de leur gang. Les plus jeunes restaient assis. C'étaient des troisièmes et aucun d'entre eux n'auraient voulu s'attirer de tels ennuis.

Raphaël essaya de fuir au centre de la cour, mais fut vite rattrapé par les deux autres. Personne ne surveillait la cour. Aucun surveillant ne se pointait. J'étais toujours sur mon banc, mais plus pour longtemps. J'accourus tout comme les autres au centre de la cour. Les adolescents formaient un cercle autour de Raphaël et des autres. Tous hurlaient pour que Raphaël se fasse tabasser. L'adolescent se releva sans peine et regarda autour de lui. Je le regardais, des yeux remplis d'espoir pour que tout cesse. Rien ne fit. Une ouverture se fit dans le grand cercle et quatre personnes y entrèrent. Le reste de la bande était là et cela allait mal tourner. J'avais peur. Peur pour lui. Je ne le connaissais pas vraiment mais on m'avait toujours parlé de lui en bien. Il n'était pas vraiment comme tous les autres adolescents d'ici. Il n'était pas rejeté non, mais sa bande l'était. Ils étaient seulement trois, quatre ou bien cinq, je ne sais plus. La foule hurlait de plus en plus fort, puis se calma lorsque l'un des garçons de la bande attrapa Raphaël. De sa poche il sortit un cuter tranchant. Est-ce que ça devait vraiment aller jusque là ? Raphaël regarda une dernière fois la foule. Son regard croisa le mien. Il bloqua dessus quelques instants. Je lui avait déjà parlé quelques fois et il m'avait l'air sympathique. À nouveau le garçon fut soulevé du sol. Ses yeux fixaient ceux de son agresseur. Tout ça parce qu'il était différent. Le bras de Liam était à présent levé, tenant fermement le couteau. Raphaël avait une expression neutre. Seule la détermination pouvait se lire dans ses yeux. Il avait du cran, il n'abandonnerait jamais. Il irait même jusqu'à la mort. La foule regarda avec surprise, tout en continuant de crier. Eux non plus ils ne pensaient pas que ça irait jusque là. Pourtant ils voulaient que tout se finisse. Liam était sur le point d'agir. Un suspens se fit sentir. La foule hurlait, tout était embrouillé dans ma tête. Je regardais Liam et Raphaël. Je devais faire quelque chose. Tout se bousculait dans mes pauvres pensées. J'étais seule. Je n'avais jamais aimé ça. Raphaël était lui aussi seul. J'avais besoin d'aide. Lui plus que moi.

« STOOOOOOOOOOOOOOOOP ! OOP OOP »

Ma voix aiguë avait résonné dans la cour. J'avais avancé d'un pas, peut-être de deux. J'avais l'impression que tout s'était arrêté. Tous les yeux étaient braqués sur moi. Plus rien ne bougeait. Le temps s'était comme arrêté. Liam me fixa d'un air étonné et méchant. Je n'était qu'une ombre autrefois. Personne ne m'avait vraiment jamais parlé. Imaginez un peu une inconnue qui hurle au beau milieu d'un collège pour ordonner à un type trois fois plus grand qu'elle de lâcher un type qu'elle ne connaissait pas. J'avais peut-être agis trop vite. Mais je ne regrettais rien. Cela laissait le temps à Raphaël de fuir. Il n'en fallait pas plus... quelques secondes. Raph' avait compris. La bande me fixait. J'avais arrêté d'avancer. Je me demandais ce que j'allais faire maintenant. Raphaël avait beau avoir comprit, il ne fit rien. Je le fixais lui. Lui et lui seul. Rien d'autre ne comptait à présent. Par chance, il me regardait aussi. Un « merci » se lisait dans ses yeux. Je souris. Je souris parce que j'étais heureuse. Heureuse que quelqu'un m'ai enfin dit quelque chose de sincère. J'étais quelqu'un d'étrange, peut-être. Mais j'étais moi. Ewalyn. J'étais Ewalyn.

Raph' arracha le couteau de la main de Liam, profitant de ma diversion. Un sourire s'afficha sur mon visage. Un sourire mesquin, provocateur. Je ne pouvais contrôler ma réaction. Le silence était pesant. Seuls les pieds de Raphaël rompirent le silence lorsqu'ils heurtèrent le sol. Menaçant Liam de reculer avec le couteau, Raph' recula peu à peu avant d'arriver jusqu'à moi, de me prendre par la main et de fuir. Il m'avait entraîné. Je n'y croyais pas... Je crois bien que je m'étais embarquée dans une bien trop grande histoire.






∞ CHAPITRE 2. ∞
Obsession.


Vite, traversons la cours. Vite, les escaliers. Vite, le préau. Vite, toujours plus vite. Sa main n'avait pas quitté la mienne. Il m'entraînait, le cuter à la main. J'avais envie de courir plus vite encore. Vite, les couloirs. Vite, courons, courons. Il ne lâchait pas ma main. Je ne savais pas où est-ce qu'il allait aller. La direction dans laquelle il nous portait m'était encore inconnue. Une porte, près de l'administration. Chut. Chut, pas de bruit. Le silence. La course se stoppe quelques instants devant les bureaux. Raphaël me regarda. Il ne dit rien. L'envie ou la fatigue ? Je n'en savais rien. Il lâcha ma main, rangea le cuter dans sa poche. Puis il le ressortit : elle n'était pas assez grande. Je lui l'arracha des mains, le mis dans mon sac et releva la tête pour le regarder. Il eut l'air étonné, puis il me sourit. Il reprit reprit ma main et m'entraîna à nouveau dans une course. La principale nous avait repéré. Mais tant pis, nous étions trop déterminés. Raph' mit un coup de pied dans la porte, qui s'ouvrit d'un coup. Il me tira avant qu'elle ne se referme. La course reprenait de nouveau. Dehors. Vite. Vite, toujours plus vite, encore plus vite. Il court, je cours, on court. Courrons, vite, plus vite. Accélérons encore. Vite, vite, dépêchons-nous. Une barrière, devrons-nous la sauter ? On est prêts à tous. On court encore plus vite, on se bouge, on accélère, on se dépêche. Puis on saute, on saute haut, toujours plus haut. Puis on atterrit doucement. On continue de courir, nos pieds frappant les dalles qui menaient à un bâtiment qui m'était inconnu. Puis arrivés à l'endroit, on détourne et prenons un autre chemin. Courons toujours, ne nous arrêtons pas, au contraire. L'herbe est autour de nous. Comment pouvait-il connaître cet endroit ? Je me le demandais vraiment, mais je n'avais pas le temps pour de telles questions. Il fallait qu'on se dépêche avant d'être rattrapé. Je ne savais pas si quelqu'un nous poursuivait, mais je continuais tout de même. Je courais, vite, toujours plus vite. Puis, soudainement... STOP. Raph' s'arrête. Il me lâche la main et me regarde. Nous étions essoufflés. Son regard me fixe, le mien se détourne. Je n'osais pas le regarder dans les yeux. Il faisait chaud, mais je gardais ma veste en jean. Raphaël me reprit la main et me tira encore. On marchait cette fois, on se sentait bien. Tout était calme. Autour de nous, deux grillages s'étendaient jusqu'au bout du chemin. Les dalles avaient disparues, étaient restées devant le bâtiment. Je ne comprenais pas vraiment où Raph voulait en venir. Pourquoi avait-il couru ainsi ? Pourquoi m'avait-il entraîné avec lui ? Aujourd'hui il avait frôlé la mort et pourtant, il semblait heureux. Il fallait qu'il profite avant qu'il ne lui arrive autre chose. Je ne comprenais pas non plus pourquoi est-ce qu'il tenait tant à me prendre par la main et à ne pas me lâcher.

Au bout des deux grillages, une porte était fixée, les reliant les deux morceaux. Raph' l'ouvrit et je découvris une maison. Une maison dont j'avais tant parlé. Elle était abandonnée, oui, c'est ce qu'on m'avait raconté. Autour du jardin, de grands grillages comme ceux du chemin. Puis derrière les grillages, des buissons verts épais. Je jetais des coups d'oeil rapides un peu partout avant que Raphaël ne m'entraîne à nouveau. Un banc blanc était posé dans le jardin, sous un cerisier. Je m'assis, le garçon me lâcha, mais préféra monter dans l'arbre. Je souris. Il attrapait des grappes par dizaines et m'en lançait. On avait l'insouciance. L'insouciance de deux adolescents qui s'étaient enfuis d'un collège paumé que personne n'aimait, pas-même moi. Mais sûrement pour des raisons différentes que celles des élèves désintéressés par les cours. Moi c'était complètement le lieu qui m'insupportait. Ses yeux bleus plongeaient dans les miens. Mes yeux à moi ? Ils étaient sombres, c'est tout ce que vous deviez savoir. Il descendit de l'arbre et s'assit à côté de moi. Je rougissais sûrement, mais je pense que je m'en fichais. Je ne comprenais pas pourquoi il était détesté comme ça, comment il pouvait être rejeté à se point. Je ne comprenais pas, non, je crois bien que je ne comprenais rien.

« Merci.
- De ?
- De m'avoir sauvé.
- Non, j'tai pas sauvé !
- Si, tu m'as sauvé. Sans toi Liam m'aurait achevé.
- Hum... Peut-être. »


Les questions que je me posais devenaient de plus en plus intrigantes. J'aimerais tant en connaître les réponses. C'était un peu agaçant. Puis enfin je décidai de me lancer. J'étais peut-être curieuse, mais j'assumais ce défaut qui n'en était pas un, non. Au contraire. Sans curiosité, notre vie n'aurait plus de sens.

« Pourquoi il t'en voulait autant Liam ? Enfin, à ce point-là quoi.
- C'est une longue histoire...
- J'ai tout mon temps.
- Trop longue.
- J'ai toute ma vie devant moi, alors le temps je ne le compte pas. »


Au début, Raphaël semblait assez surpris de ma réponse. J'avais peut-être tort, ou alors j'avais raison. Je n'en savais vraiment rien et je dois dire que ça m'importait peu, que j'men foutais même. Tout ce que je voulais, c'était des réponses, claires et précises, pas vagues comme les gens avaient l'habitude d'employer.

« Ouais si on veut.
- Alors ?
- En fait j'vais t'avouer que... j'en sais rien ! »


Puis il se mit à rire aux éclats. Quel con ! Je lui souris. C'est vrai que parfois les gens s'en prenaient aux plus faibles comme ça, pour montrer qu'ils étaient plus puissants que les autres. Personnellement, je crois qu'ils ne font que prouver leur débilité. Pour qu'on vous respecte, il faut battre plus fort que vous, et pas s'attaquer aux plus démunis ! Raph' était quelqu'un de vraiment sympa en plus, alors il n'y avait aucune raison de le traiter comme ça. Il n'en était pas malheureux apparemment, il le vivait assez bien même.

« Ah... d'accord.
- Excuse-moi d'être con, en général c'est souvent comme ça.
- J'crois que c'est pour ça que les gens t'apprécient. »
, le taquinai-je.

Il me fit la moue avant de rire. Je passais un excellent moment avec Raph'. Pourtant, je savais pertinemment que j'allais regretter mon escapade en dehors du collège. La directrice nous avait de plus repéré et avait dû lancer des gens à nos trousses pour nous chercher. Ils appelleraient sûrement mes parents aussi. Au pire ça je m'en fichais complètement. Ils ne bougeraient même pas pour moi. Et puis je les détestais, je ne les considéraient même pas comme de véritables parents, ce n'était pas mes parents non. Enfin si, quelque part ils l'étaient, mais au fond de moi ils n'avaient rien d'une véritable famille. Ils disent qu'ils m'aiment, mais je n'en crois pas un mot. Je n'aime pas l'amour, c'est répugnant pour moi, je crains l'amour, je hais l'amour. L'amour, c'est moche.

« Qu'est-ce qu'on fait maintenant ?
- Je sais pas. Je connais même pas ton nom.
- Ewalyn.
- OK, moi c'est ...
- Raphaël. Je sais comment tu t'appelles.
- Ah ? Étonnant. Je suis pas connu au collège pourtant.
- On ne connaît jamais vraiment quelqu'un. Mais je connais ton nom, après j'ignore tout de toi.
- Moi je viens tout juste de découvrir le tien alors pour ce qui est de savoir des choses sur toi...
- Cherche pas, il n'y a rien d'intéressant chez moi.
- Détrompes-toi... »


Je détournais la tête pour le fixer avec de grands yeux étonnés. J'étais quelqu'un de complètement ordinaire... enfin je crois. Peut-être pas finalement. Personne n'est normal, surtout pas moi.

« Je sais pas pourquoi, mais je sens que tu es exceptionnelle.
- Pas dans le bon sens alors. Étrange peut-être mais exceptionnelle certainement pas.
- Si, je t'assure.
- Si tu le dis... »


J'étais vraiment mal à l'aise soudainement. Je n'aimais pas que l'on parle de moi, je préférais plus être discrète, inconnue aux yeux des gens. C'était tellement mieux d'être mystérieux. Le seul inconvénient étant que certains curieux viennent essayer de découvrir des choses sur vous. Moi je les ignore comme je les ai toujours ignoré et ça marche. Je ne me fais pas beaucoup embêter. Enfin... sauf cette fille-là que je n'aime pas vraiment et qui me lance des gros travers. Ouais, celle-là elle me fait vraiment flipper. C'est pas comme si elle était seule non, c'était pas ça. Il y avait toute sa bande justement, et quand je passe devant tous ces abrutis, ils me critiquent en se chuchotant des messes basses. Qu'est-ce que je peux y faire ? De toute façon je m'en fiche qu'ils me jugent. Ils ne savent pas qui je suis et ils ne le sauront jamais alors à quoi bon se préoccuper d'une bande de pré-pubères qui ne font qu'emmerder le monde ?

« Et sinon, qu'est-ce qu'on fait maintenant ?
- Je sais pas, on attend ?
- On attend quoi au juste ?
- Que le temps passe.
- Je te l'ai déjà dit, je ne compte pas le temps.
- Alors profite de cette journée sans cet enfer de bahut, là au moins on est tranquille et loin de toutes ces moqueries et de ces gens immatures qui ne voient qu'eux. »


Ils n'avaient pas tout à fait tort, je dois l'avouer. Seulement, Raph' était aussi un véritable inconscient. On risquait de sacrées embrouilles avec tout ça ! Apparemment il s'en fichait. Peut-être que finalement il était comme tous les autres, qu'ils se fichaient de ses études et qu'ils voulaient foutre sa vie en l'air en délaissant tout ce qui était du collège, préférant se consacrer à l'amusement. Peut-être que oui finalement, peut-être que non. Je n'en savais rien encore une fois et je dois dire que ça ne me regardait pas vraiment tout ça. C'était sa vie après tout. Et puis on se connaissait à peine !

« Non mais sérieusement, qu'est-ce que tu comptes faire après ? Et tes parents ils vont te dire quoi ? Et t'as pensé au collège ce qu'ils vont faire ?
- Pourquoi tu t'inquiètes pour moi ? Tu es tout autant dans cette situation que moi alors je vois pas pourquoi les risques que je prends te préoccupent tant que ça...
- Je sais pas pourquoi non plus mais tout ce que je sais c'est que c'est grave ce qu'on risque.
- Parce que tu crois qu'en restant au collège c'était pas grave ce qu'on risquait ? »


Là je devais admettre que Raphaël avait raison. Il avait frôlé la mort, pourtant il n'avait montré aucune inquiétude jusque là. Seulement, il n'avait fait que cacher ses sentiments, sa peur justement. Je crois bien que l'adolescent ne comptait pas retourner au collège de si tôt...

« Je suis dans la même embrouille que toi et je pense pas te laisser comme ça alors je veux savoir ce qu'on va faire. »

Raph me dévisagea, l'air surpris. Il faut dire qu'une gamine venait de lui sauver la vie et maintenant elle ne comptait plus le lâcher. Peut-être que finalement ça le dérangerait que je le suive ainsi. De toute façon qu'est-ce qu'il en avait à faire de moi ? Il s'en foutait carrément je crois bien.

« Désolée, je crois que je vais te laisser. J'pense que t'as pas besoin de moi, t'es assez grand pour te débrouiller. J'retourne au collège.
- T'es folle ?! Si tu y retournes ils vont te tuer !
- Et alors ? Qu'est-ce que j'men fou ?, mentis-je
- Tu t'en fou peut-être mais pas moi. T'as vu ce que Liam était capable de me faire ? Il te réserverait la même chose, ou peut-être pire.
- Arrête ! On est pas dans un roman avec une grande histoire, j'peux me débrouiller toute seule aussi.
- Tu te diriges dans la gueule du loup Ewalyn.
- Je le sais parfaitement.
- Alors pourquoi tu y retournes ?
- Parce que je n'ai plus rien à perdre. »





∞ Chapitre 3. ∞
[size=9]Obsession.


J'avais peut-être changé d'avis trop brusquement. Mais je m'en fichais. après tout, Raphaël n'en avait rien à faire de moi. J'étais déterminée à y retourner. Je passais le portail et commençai à traverser le chemin entouré de buissons des deux côtés qui guidaient à nouveau vers le collège. Je prenais un très grand risque et je le savais pertinemment, mais ça m'importait peu à présent. J'étais prête à beaucoup de choses. J'avais trouvé quelqu'un que j'appréciais beaucoup. Je sorti mon portable et regardai l'heure : 17h47. Les cours étaient terminés depuis déjà plus d'une quinzaine de minutes. Je m'en fichais maintenant, je n'avais certainement rien raté. J'aurais reçu les boulettes de papiers des autres élèves, ainsi que leurs bouchons de stylos, voir leur stylos carrément. Personne ne disait jamais rien et j'en avais marre de rester silencieuse telle une ombre n'existant que pour les moqueries des autres. Je ne comprenais pas ce qui les dérangeait. N'avions-nous plus le droit d'être différent ? C'est pour ça que la plupart des gens se faisaient harceler au collège : parce qu'ils étaient différents. Différents des autres. Différents de la normalité. Différents de l'ordinaire. Différents, tout simplement. On était pas des monstres quoi. C'était comme ça qu'ils nous voyaient en fait, comme des monstres ? Juste parce qu'on était différents, qu'on était pas comme les autres. On demandait juste à être aimés finalement. On voulait juste que les gens apprennent à nous apprécier comme nous étions, même si on avait pas les mêmes goûts, pas les mêmes origines, pas la même vision du monde, la même façon de penser. Ça  commençait à devenir grave. On n'était même plus tolérés quoi. Raph' était juste derrière moi. Je me retournais et le vis juste à quelques mètres. Je sursautai et lui éclata de rire. Décidément il était doué pour être con. Je lui souris et ris à mon tour. Je ne comprenais pas ce qui l'avait poussé à revenir. Il regarda lui aussi son portable et lorsqu'il vit l'heure il s'écria.


« Oh putain on a fini depuis déjà 20 minutes !
- Tu finissais pas à 18h00 ?
- Si mais je me serais barré à 17h30.
- Ah..
- Pourquoi ?
- Pour rien laisse tomber.
- Si dis-moi ! 
- Non non.
- Allleeeer ! » 


Puis il me fixa avec les mêmes yeux que le chat Potté, ce qui me fit à nouveau éclater de rire. Je n'arrivais pas à m'énerver contre lui c'était vraiment impressionnant. Je crois que c'était la première fois que j'arrivais à céder à quelqu'un malgré ses erreurs. J'avais un drôle de sentiment qui me hantait vis-à-vis de lui. C'était vraiment troublant. Je continuais à marcher en direction du collège. Il me suivait. 


« Qu'est-ce que tu fous ?! , lui demandai-je
- Bah j'taccompagnes... Pourquoi ?
- Tu veux pas plutôt rentrer chez toi ?
- Non j'veux juste te protéger.
- T'arrives même pas à te défendre toi ! » lançais-je en riant.


Apparemment il l'avait mal prit car le garçon ne dit plus rien. Je me sentais mal. Rien que pour ça j'avais envie de pleurer. C'était peut-être exagéré mais je ne me contrôlais pas. Plus. Avant je me contrôlais, plus à présent. Je préférais continuer de marcher sans piper mot au lieu d'aggraver la situation. Comme il ne disait toujours rien je cédai.


« C'est bon je rigolais.
- ...
- Mais arrêtes de faire comme ça !
- Comment comme ça ?
- Bah comme ça là ...!
- Comment ?
- Rien laisse tomber. » lançais-je en m'éloignant de lui.


J'étais furax. Je préférais l'abandonner. Il était comme tous les autres. Une petite différence en plus seulement. Il me dégoûtait. J'avais l'impression qu'il ne le faisait pas exprès en plus, qu'il était vraiment comme ça. Encore il le ferait exprès ça irait mais là...

« J'aime bien t'emmerder.
- J'ai vu ça.
- Tu vas pas t'y mettre toi aussi ?
- Et pourquoi pas ? »

C'était donc à mon tour de le provoquer. J'aimais ça. Je dois vous l'avouer, ça m'amusait beaucoup de le taquiner parce qu'il répondait toujours, qu'il faisait attention à moi lui. Tous les autres préféraient m'ignorer et me laisser les bouder. Je savais que peu de personne savaient m'apprécier, pour ne pas dire aucune. Alors pour tout vous avouer, j'avais fait une énorme découverte. Raph était juste le meilleur ami dont tout le monde aurait rêvé et j'étais contente qu'il soit à mes cotés.


« On va prendre cher à la sortie si ils nous attendent, lançais-je
- J'avoue. On passe par derrière ?
- Non, je veux juste voir comment ils vont réagir.
- T'es un fou, tu vas y passer.
- Je sais que je suis fou, mais je sais aussi que je serais toujours là. »


J'avais un peu de mal à le croire mais je préférais essayer plutôt que d'imaginer le pire. Je ne savais pas comment tout allait se passer. Déjà le bâtiment était passé. On arrivait vers la barrière que l'on contourna. Tiens, des escaliers ! Je ne les avais même pas remarqué lors de notre course .. C'est normal, il avait tourné autre part.


« Où tu vas ?!
- Suis-moi.
- Mais on va où là ?
- Tu verras. Suis-moi je t'ai dit. 
- ...
- Aller, ai confiance en moi !
- C'est difficile.
- Tu vas me dire que t'as pas confiance en moi et que tu m'as suivi jusqu'ici ?
- Hum.. T'as pas tort. J'ai confiance, mais pas assez pour te suivre.
- Reste là alors. »


Il savait parfaitement que j'allais céder et que j'allais le suivre. Il le savait et j'en était parfaitement consciente aussi. Je ne savais pas vraiment si je devais continuer à m'attirer des ennuis ou alors au contraire de les éviter avant qu'il ne soit trop tard. Tant qu'à faire autant poursuivre je ne pourrais pas aggraver mon cas de toute façon. Enfin, c'est ce que je croyais. Mais en le suivant je ne faisais que m'enfoncer. Je le regardai quelques instants. Il continuait d'avancer. Je restais plantée là. Je ne voulais pas me laisser tenter aussi facilement. Je n'étais pas comme ça. En plus il ne se retournait même pas ! C'était une preuve qu'il se fichait de moi. Je le suivis. J'avoue que je lui courait un peu après. Mais c'était la seule fois où je le ferais. Maintenant la question c'était : Où est-ce qu'il m'emmenait ?




∞ Chapitre 4. ∞
[size=9]Obsession.


On montait les escaliers. Ils menaient à la cour ! Elle était complètement déserte. Mais on ne devait pas passer par derrière ? Je ne comprenais plus le garçon. Où est-ce qu'il voulait en venir ? La cour. Et ensuite ? La sortie ? Non.. Il m'emmena derrière le foyer mais avant de contourner l'angle il se tourna vers moi pour la première fois depuis qu'il m'avait tourné le dos et sourit. Je savais qu'il avait senti bien avant que j'étais là, que je l'avais suivi. Sinon c'est lui qui m'aurait suivi. Je le savais.


« Ferme les yeux. me demanda-t-il
- Non. répondis-je fermement
- Tu m'as bien suivi jusqu'ici.. remarqua le garçon
- Oui et je me rend compte que je n'aurais jamais dû. lui lançais-je d'un ton horriblement froid. »


J'avais sincèrement pensé tous ces mots. J'avais toujours été discrète avant. Et depuis qu'il avait fait son entrée tout avait changé. Seulement, c'était pas dans le bon sens. Les ennuis n'avaient fait que commencer je crois bien. Si je continuais ainsi, ce serait de pire en pire et je ne voulais pas gâcher mon avenir.[/size]





Roman by Carla. ©
Toute copie partielle ou entière et c'est un abus à forumactif et une plainte.
Si vous voulez pas vous retrouver devant les tribunaux, évitez de volez les rêves d'une enfant..

[/size]

രരരരരര



Dernière édition par Étoile du Présage le Mar 25 Juin - 11:46, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-start.meilleurforum.com/

ADMINE FUN ♢ and we danced all night to the best song ever

avatar

messages : 1364
date d'inscription : 31/03/2013
age : 18
emploi : Administratrice & Solitaire.

Votre Chat
Relations du chat:
Description du chat:
MessageSujet: Re: OBSESSION ∞ Premier roman.   Lun 27 Mai - 19:22

Beaaaaaaaau. **

രരരരരര

OMGGGG, PERFECTION BONJOUR. Merci. ♥️

LARRY STYLINSON. ♥:
 
FOREVER YOUNG. ♥ Merci pour les cadeaux. ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FONDATRICE MONSTER ❥ J'me suis toujours jurée de ne pas leur ressembler.

avatar

messages : 458
date d'inscription : 18/05/2013
age : 17
emploi : Chef (virtuel) - Étudiante (IRL)
double compte : Aucun.

Votre Chat
Relations du chat:
Description du chat:
MessageSujet: Re: OBSESSION ∞ Premier roman.   Mer 29 Mai - 10:10

Merciiii Chouu. ;3 ♥
Faut que j'continue. Enfin que je trouve le goût... :B

രരരരരര

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-start.meilleurforum.com/

FONDATRICE MONSTER ❥ J'me suis toujours jurée de ne pas leur ressembler.

avatar

messages : 458
date d'inscription : 18/05/2013
age : 17
emploi : Chef (virtuel) - Étudiante (IRL)
double compte : Aucun.

Votre Chat
Relations du chat:
Description du chat:
MessageSujet: Re: OBSESSION ∞ Premier roman.   Lun 24 Juin - 16:25

J'ai pas mal avancé. Je vais m'y mettre bien plus souvent. Je continuerais un peu tous les jours now. ;3

രരരരരര

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-start.meilleurforum.com/

ADMINISTRATEUR ∞ i see you

avatar

messages : 572
date d'inscription : 09/02/2013
age : 18
emploi : Meneuse

Votre Chat
Relations du chat:
Description du chat:
MessageSujet: Re: OBSESSION ∞ Premier roman.   Dim 21 Juil - 9:07

C'est vraiment génial Carla, j'ai hâte de lire la suite. *0*

രരരരരര




FLYYY OMFGGG.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MEMBRE ∞ army of me

avatar

messages : 249
date d'inscription : 16/07/2013
age : 18

Votre Chat
Relations du chat:
Description du chat:
MessageSujet: Re: OBSESSION ∞ Premier roman.   Lun 2 Sep - 9:18

La vache *O*
J'aime vraiment, vraiment beaucoup, j'ai hâte que tu nous mettes la suite :D

രരരരരര

Merci Gouttou, c'est splendide. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: OBSESSION ∞ Premier roman.   

Revenir en haut Aller en bas
 

OBSESSION ∞ Premier roman.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mon Premier Roman (début)
» Récit du premier voyage de Sa Majesté en Araucanie
» Haiti-Premier ministre :Il s'appelle Ericq Pierre !
» Le premier ministre Michèle Pierre-Louis au mini-sommet économique de Punta Cana
» Le discours du premier ministre J E Alexis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW START ര :: Hors-Jeu :: Flood :: Fictions-