NEW START FERME SES PORTES.
rejoignez nous sur Heartbreaker : http://heartbreaker.desforums.net/
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Tu penses que le Combat est utile ? #PV : Etoile Ephémère et Petit Reflet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

avatar

Invité
MessageSujet: Tu penses que le Combat est utile ? #PV : Etoile Ephémère et Petit Reflet   Dim 21 Avr - 17:46

« Tu penses que le Combat est utile ? »
PV : Etoile Ephémère et Petit Reflet.

Saison : Printemps. Temps : Soleil couvert par les nuages, on voit à peine les rayons.
Matin. Et c’est reparti pour une nouvelle journée monotone. Le Soleil se levait, à moitié caché par les nuages gris, tristes, et semblaient de passage dans la région. Les arbres devenaient peu à peu perceptibles à la faible lumière du jour. Tu te lèves le plus discrètement que possible de ta litière et grimace en sentant tes membres hurler de protestation. Encore ces foutues courbatures ! En même temps, tu commences à avoir l’habitude, ta litière se fait toujours asperger d’eau, car elle est près d’une rigole. Tu récoltes tout ce qu’il y a de plus mauvais au sein du camp. La plus mauvaise litière, la proie la plus maigre, la place la plus inconfortable. Et en plus de ça, tu te fais « tabasser » tous les jours. Tu sais que ça ne sert à rien de t’apitoyer sur ton sort, c’est toi qui a fait ce choix en ne ripostant pas. Du coup, tout le monde en profite. C’est moche, mais c’est la vie.
En sortant, tu observes le camp se réveiller lentement. Les chatons qui s’amusent déjà à l’entrée de la Pouponnière, envoyant voltiger des gerbes de mousse un peu partout, avant de se faire réprimander sévèrement par leurs mères, et rentrer les oreilles basses dans la tanière. Les anciens, qui se prélassent déjà dehors, espérant au moins capturer quelques rayons de soleil pour réchauffer leur fourrure, tandis que d’autres se plaignent de leurs membres souffrants. Les apprentis se réveillent, baillant la gueule grande ouverte, les yeux encore bouffis de sommeil, et votre Chef, Etoile Encrée, qui sort de son antre pour s’asseoir sur le Rocher qui surplombe le camp, et observe les félins en contrebas. Derrière toi, tu sens déjà les guerriers s’éveiller, donc tu t’esquives de l’entrée, et te dirige vers la réserve de gibier. Tu t’approches et choisis un lapin, légèrement maigre, le dernier qu’il reste. Tu iras chasser après pour en ramener au camp. Tu allais croquer dans la chair à pleines dents, lorsqu’on te poussa violemment. Tu boulas à trois queues de renards plus loin et soupiras. En te relevant, ton pelage tigré déjà couvert de poussière, tu fis face à l’imbécile qui te servait de frère. Ce dernier t’observa d’un air hautain et méprisant, avant de partir, la proie entre les dents, vers sa bande d’amis, qui lui fichèrent des grandes claques avec leurs pattes sur l’échine, en le félicitant de son coup.
Tu te contentas alors de serrer les canines pour contenir cette colère qui grandissait en toi, telle une vague qui se levait lentement, prête à tout balayer sur son passage. Tu devais tout le temps te contenter de contenir en toi, ce monstre qui s’éveillait lentement en toi, et que chaque être vivant sur cette Terre appelle « haine ». Tu tournas les talons, frustré, et sortit du camp, sans aucun regard pour les félins, qui pris de pitié pour toi, t’observaient avec compassion, partir l’allure paralysée, presque à la méthode des « monstres » des Bipèdes.
Une fois dehors, tu te mis à courir, pour évacuer cette colère d’impuissance, autour de toi. Tes pupilles bleus brûlaient de rage, et si elles avaient été des crocs, elles auraient tuées. Sentant l’épuisement te gagner, tu ralentis la cadence, jusqu’à stopper près d’un arbre qui reprenait des couleurs. Te laissant tomber au sol, tu regardas le ciel gris, où malgré les nuages, quelques rayons perçaient par-ci, par-là. Tu t’apprêtais à fermer tes paupières, lorsque tu entendis une cavalcade non loin. Tu te dis : « Déjà ? Ils le font de plus en plus tôt, dis donc. » Tu n’avais pas besoin de sentir leur odeur dans l’air, tu savais déjà qui c’était. Tu te relevas, calme, prêt à recevoir ta punition du jour. Ils t’entourèrent, un sourire malsain collé sur leur museau, et commencèrent. Les coups pleuvaient sur ton échine meurtrie, et tu ne te relevas pas. Un dernier coup dans ton bassin te coupa ton souffle. Un des leurs, avant de partir, te donna un coup de griffe avant de partir. Tu sentis une douleur au-dessus de ton œil droit et, bientôt, le liquide vermeil qui te servait à vivre coula dans ta pupille. Voilà, c’était fini. Tu te levas en chancelant, et t’enfonças dans la forêt, tes pattes te guidant vers ton destin. Comme tu le disais en te levant, c’est une journée ordinaire.
Midi. Le soleil est toujours couvert, mais une atmosphère étouffante pèse dans l’air. Tu t’écroules dans une clairière, les pattes entaillées de toutes parts, pour avoir marché longtemps. Tu observes la cime des arbres qui t’entourent, et te demandes : « Pourquoi, éprouvent-ils une telle répulsion à savoir qu’un guerrier n’aime pas se battre ? Je ne comprends pas. » Ton corps est endolori de partout et tes paupières papillonnent malgré elles. Une petite voix te chuchote quelque chose à l’oreille, mais c’est comme si elle était à des milliers de queues de renards de toi. Tu fermes tes yeux alors que tu entends : « Ne t’endors pas, ne t’endors pas, ne…. »
Milieu d’après-midi. Tu te réveilles. Tu te sens comme groggy, comme si l’on t’avait fait ingurgiter des graines de pavot. Tu te relèves et t’assoies avec difficulté sur l’herbe qui avait épousée la forme de ton corps encore allongé quelques instants auparavant. Le ciel s’est quelque peu éclairci mais on ne voit toujours pas le Soleil. Tu t’ébroues avec force pour retirer les quelques brins d’herbe qui s’étaient accrochés à ta fourrure tigrée. Tu te fais une toilette pour remettre en place les poils ébouriffés. Tu passes une patte au-dessus de ton œil et grimace de douleur : tu sens le sang séché qui a formé une croûte et la fourrure poisseuse autour. Tu t’appliques à la nettoyer et cherche près des buissons des toiles d’araignée. A ton plus grand malheur, tu n’en trouvas pas. Est-ce que le monde entier s’était cotisé aujourd’hui pour se liguer contre toi ou quoi ? Tu soupiras et te traînas misérablement de nouveau au centre de la clairière.
C’est alors que le vent t’apporta une odeur. Une odeur inhabituelle certes, mais que tu connaissais. Celle du Clan des Nuages. Et le  personnage s’approchant inexorablement de ta position n’était d’autre que leur Chef. Etoile Ephémère. Tu ne l’avais jamais vu mais avais souvent entendu quelques paroles à son sujet. Elle avait toujours l’air calme, sûre d’elle, et quelque peu autoritaire aussi. Elle savait être compréhensible. Mais ça c’était pendant les Assemblées, d’après les dires. Comment réagirait-elle lorsqu’elle viendrait à ta rencontre ? En tout cas, il est hors de question que tu te battes contre une femelle. Non, pas que tu la croies faible, mais tes principes de pacifiste te l’empêchent. Mais, de toute façon, pourquoi engagerait-elle le combat ? Vous êtes aux Terres Libres, si tu le crois bien. Il n’y a aucune raison d’engager un combat.
Son odeur se fait de plus en plus forte. Elle s’avança dans la clairière, sa fourrure ébouriffée par la course, et ses pupilles vertes semblant chercher quelqu’un. Puis, ses yeux de jade se posèrent sur toi, et toi, tentant d’adopter une attitude décontractée et un air convenable, tu formulas d’une voix hésitante mais claire :
« Salut, Etoile Ephémère. Je ne cherches pas à me battre, et je ne riposterai pas si tu m’attaques. Je cherche juste des toiles d’araignées. Tu n’en aurais pas vu dans les parages ? »


Dernière édition par Valse Temporelle le Ven 7 Juin - 14:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATEUR ∞ i see you

avatar

messages : 572
date d'inscription : 09/02/2013
age : 17
emploi : Meneuse

Votre Chat
Relations du chat:
Description du chat:
MessageSujet: Re: Tu penses que le Combat est utile ? #PV : Etoile Ephémère et Petit Reflet   Lun 29 Juil - 9:20



Tu penses que le Combat est utile ?
Valse Temporelle & Etoile Éphémère & Petit Reflet


Une légère bise me chatouilla la truffe et parvint à me réveiller. J'ouvrais les yeux avant de secouer mes moustaches où de petites gouttelettes s'étaient déposées. Je me levais, après avoir accompli mon petit rituel matinal comprenant un étirement et une longue toilette. Je sortais de ma tanière sombre et terne. J'espérais trouver dehors une once de lumière, mais non, le soleil étant caché par les nuages grisâtres. C'était bien dommage, j'aurais aimé apercevoir cet astre lumineux ainsi que le ciel profondément bleu. J'espérais que le ciel se dégagerait durant la journée, bien qu'il n'y ait que peu de chance que cela arrive. Le camp commençait à se peupler, doucement. Je m'avançais et me dirigeais vers le tas de gibiers, d'une allure enjouée. Je remarquais avec satisfaction que les proies que j'avais chassées durant ma sortie nocturne avaient disparues mais que d'autres les avaient remplacées. Durant cette saison, la forêt abondait de proies d'où la santé de chacun. Tout allait pour le mieux. Enfin, sans compter un léger détail qui allait me tracasser tout le long de cette journée. Je me servais à mon tour dans le garde-manger, avant de prendre place à côté de mon fidèle lieutenant et ami. Nous discutions sur l'organisation des patrouilles de la journée lorsque soudain une plainte stridente retentit. Mes tripes se tournèrent et se retournèrent jusqu'à m'en donner la nausée. Je ne savais pas ce qui venait de se produire, mais cela n'annonçait rien de bon. Tout le monde restait immobile, ne comprenant pas la situation. Moi, j'devais agir et savoir ce qui venait de se passer. Je bondis en direction du bruit, d'une vitesse que je ne m'aurais cru capable. Ce cri déchirant provenait de la pouponnière et cela m’inquiéta encore plus. Et si.. Et si, c'était un chaton ? Qu'a t'il bien pu lui arriver ? Ou une reine ? J'arrivais juste à temps, ne pouvant supporter l'idée du pire. Je tentais vainement de me rassurer en me disant que c'était peut-être une reine qui mettait bas ? J'enlevais cette idée de ma tête, ce n'était pas du tout la saison et, de plus, je n'avais aucun reine portante. J'avais peur, très peur. J'entrais à toute berzingue dans la pouponnière et mon sang ne fit qu'un tour. Je vis une reine, au pelage ébouriffée et à la mine horrifiée. Son regard se promenait partout, comme si elle cherchait quelque chose. Je m'approchais d'elle, lui disant de se calmer, que ça va aller. Elle s'assit, désorientée. Dés qu'elle fut apte à parler, je lui demandais, contrôlant avec peine le stress qui m'envahissait. J'devais me montrer forte quoi qu'il soit arrivé, j'devais montrer l'exemple en temps que chef. Je la fixais, l'incitant à parler. Elle me répondit enfin, hésitante. Elle m'expliqua qu'elle venait de se lever et que son petit avait disparu. Volatilisé pendant la nuit. Je lui dis qu'il devait ne pas être loin, quelque part dans le camp. Mais, je n'y croyais peu. La litière où il aurait du se trouver était glaciale, et s'il était dans le camp, quelqu'un aurait déjà du le ramener à sa mère. Ce n'était vraiment pas bon. Qu'avait-il bien pu pousser ce chaton à partir ? Ou.. A moins, qu'on l'ai enlevé ? Un.. Un renard ? Cette possibilité me terrifia, je ne pus penser qu'il est pu souffrir. Je ne devais pas perdre de temps, avant que l'inévitable se produise. Je devais partir à sa recherche. Je rassurais une dernière fois la mère du petit avant de sortir dehors, là où m'attendait tous les chats. Tous se demandaient se qu'il se passait, et me questionnait du regard. Je leurs expliquais en concluant qu'il fallait faire vite. J'organisais les patrouilles pour retrouver le petit. J'espérais que ce n'était pas un coup d'un clan ennemi afin d'attaquer le camp quand il n'y aura plus personne.. Ils n'auraient pas pu faire çà ? Après mure réflexion, je me dis que si, certains en étaient franchement capables. Je laissais donc quelques guerriers en charge de la sécurité du camp avant de partir à la recherche du chaton, seule. Je courrais à travers la forêt, n'ayant aucune piste, aucune odeur, aucune trace. La pluie avait tout effacé. Je cherchais, encore et encore, jusqu'à l'épuisement. Le soleil avait dépassé son zénith et je n'avais plus qu'un faible espoir. C'est alors que je vis une forme se mouver au loin et mon sang ne fit qu'un tour. Et si, et si, c'était Petit Reflet ? Je courais vers une clairière où j'avais aperçu la silhouette. C'était un chat, çà y est j'en étais sure ! Je courrais de plus en plus vite et quand je me rendis compte que ce n'était pas Petit Reflet, je dois vous dire que j'en fus déçue. Une odeur me parvint, une effluve que je connaissais bien. Le Clan des Marais. Et, aveuglée par ma recherche, je n'avais vraiment pas fait attention où je me trouvais.. Et si j'étais sur leur territoire ?! Crotte. J'observais la clairière avant de reconnaître le lieu. Je fus grandement rassurée en constatant que c'était une simple terre libre. Il me regarda à son tour, et je le reconnais immédiatement. Valse Temporelle. Un mâle qui m'inspirait confiance et pacifiste. Il prit la parole, essayant d'adapter un air décontracté mais convenable toutefois. « Salut, Etoile Ephémère. Je ne cherches pas à me battre, et je ne riposterai pas si tu m’attaques. Je cherche juste des toiles d’araignées. Tu n’en aurais pas vu dans les parages ? » Sa première phrase me surprit grandement. Je n'avais aucunement l'intention de l'attaquer. Nous étions en terre libre, non ? Bon, je n'avais aucune raison de lui faire du mal. Et même si j'en avais une, je ne le ferais pas pour autant. « Bonjour Valse Temporelle. Ne t'inquiète pas, je ne cherche pas le combat non plus, au contraire. Huum.. A vrai dire je n'ai pas vraiment fait attention aux toiles d'araignée. Je crois, si mes souvenirs sont bons, qu'il y en a par ici. » Je montrais de la patte la direction où il devait y en avoir. J'avais parlé d'une voix chaleureuse, ayant la tête ailleurs que faire des manières comme je devrais le faire en tant que chef. Mais après tout, je devais rester moi-même, non ? C'était ceux qui avaient compris cela qui devenaient de grands meneurs. J'hésitais à me confier, sachant qu'il faisait parti d'un clan ennemi. Et puis après tout je n'avais rien à perdre. Je continuais donc. « Je cherchais autre chose.. Ou plutôt quelqu'un devrais-je dire. » Devant son air interrogateur, je continuais. « Un de nos chatons a disparu. Petit Reflet. Ne l'aurais tu pas vu ? » demandais-je d'une voix dont je n'arrivais à cacher l'espoir. Puis soudain, je me demandais pourquoi avait-il besoin de toiles d'araignée. Il n'était pas guérisseur que je sache ?! Je l'observais de plus près et remarquais le sang sec autour d'un de ses yeux. Qu'avait-il bien pu lui arriver ?
Spoiler:
 

രരരരരര




FLYYY OMFGGG.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ADMINISTRATEUR ∞ i see you

avatar

messages : 572
date d'inscription : 09/02/2013
age : 17
emploi : Meneuse

Votre Chat
Relations du chat:
Description du chat:
MessageSujet: Re: Tu penses que le Combat est utile ? #PV : Etoile Ephémère et Petit Reflet   Mer 2 Oct - 10:31

UP Bébé ? bow

രരരരരര




FLYYY OMFGGG.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Tu penses que le Combat est utile ? #PV : Etoile Ephémère et Petit Reflet   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tu penses que le Combat est utile ? #PV : Etoile Ephémère et Petit Reflet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Combat des Chixx!
» Un intrus sur nos terres ! Au combat ! (PV Tornade d'Azur)
» Un combat dans la NFL !!!!
» Quelques enseignements tirés de l’échec d’un combat moral
» L'Art du Combat ... [ Nuage de Flamme ] // End.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW START ര :: Hors-Jeu :: Corbeille-